Toit-vert: un rêve réalisé

La cours arrière étant minuscule, nous avons préparé le terrain pour nous offrir un rêve: un toit-vert. Ainsi, lors des grosses rénos de fonds, nous avons refait le toit dans les règles de l’art afin que la structure soit solide, à toute épreuve. Au printemps dernier, nous avons fait appel à l’équipe de La Ligne Verte pour faire aménager notre tant attendu jardin suspendu – et vraiment, je les recommande chaleureusement. Certes, c’est assez dispendieux, je ne peux pas vous le cacher. Mais, comme je l’ai mentionné dans mon billet Préparer le terrain pour une toiture végétale, le toit-vert offre de très nombreux bénéfices, tant pour l’environnement que pour la qualité de vie qu’il procure. Vers la fin de l’automne, nous y avons ajouté un petit bonus: un mini-jacuzzi, dans lequel nous avons passé de nombreuses soirées d’hiver à se vautrer!😉

Voici quelques photos:

Image

Image

Image

Image

IMG_8055

IMG_8084

Image

Image

18 mois plus tard

Nous avons aménagé dans notre maison post-réno à la fin août 2011. Tout n’était pas terminé, mais l’endroit était habitable et agréable. Mais meubler et décorer un lieu tout neuf, ça demande du temps, de la patience, et de l’argent. Ça ne se fait pas du jour au lendemain, mais peu à peu, cela prend forme. Il ne reste plus grand’chose en termes de rénos, mais il en reste néanmoins: l’escalier (sur 2 étages); la petite pièce au 3e, qui donne accès au toit, ne comporte encore aucun élément de finition; la cours arrière. On finira bien par y arriver, mais en attendant, je peux vous affirmer que je suis TELLEMENT bien chez-moi. J’invite mes amis le plus souvent possible, et tout le monde se sent bien dans cet environnement – comme quoi tous les efforts et tout l’amour qu’on met dans un projet, ça se ressent et ça rayonne. Les enfants adorent la maison et tous leurs amis aiment venir jouer à la maison. Et c’était exactement ça, notre but: créer un lieu où il fait bon vivre, pour notre famille et pour nos proches.

Image

Image

Image

Image

Image

Avant… après!

Les petites finitions sont maintenant terminées: miroirs, portes et butoirs, luminaires, dosseret et comptoir de cuisine, portes de la façade, peinture, etc. Fini les outils et la poussière. Je me plais à dire que le projet est achevé. Mission accomplie, quoi!

Suis-je satisfaite du résultat? Et comment!!! Même si elle est dénudée de déco et qu’il manque encore des meubles « essentiels » (un canapé, par exemple) , habiter cette maison lumineuse et remplie de détails architecturaux qui accrochent l’oeil est un pur bonheur.

Il ne reste qu’un seul détail: l’escalier. Nous n’avons pas encore trouvé le designer qui dessinera les plans, bien que nous ayons une bonne idée de ce que nous voulons. Nous ne sommes pas pressés… On ne peut pas se le cacher: c’est dispendieux, un escalier – surtout sur trois étages – alors on va profiter de cette pause-réno pour renflouer les coffres. L’escalier temporaire en 2 x 4 nous permet de circuler sur les deux étages principaux, c’est ce qui compte. En attendant, on contemple la vue en contre-plongée sur notre inaccessible mini-troisième, en se disant que la montée vers le ciel viendra peut-être avec le printemps.

La lumineuse petite pièce du 3e étage, qui permettra d'accéder au toit... lorsqu'on aura fait faire l'escalier!

À propos des photos

Premièrement, je voudrais m’excuser pour la piètre qualité de certaines d’entre elles – mon Canon Rebel a rendu l’âme, je dois me rabattre sur mon iPhone.

Mais surtout, je ne voudrais surtout pas qu’on s’imagine que je publie ces photos avec ostentation. Je le fais par fierté du travail accompli, et aussi en espérant inspirer d’autres familles qui souhaitent transformer drastiquement leur maison.  Comme je l’ai souvent expliqué ici, ce projet de réno constitue la réalisation d’une oeuvre, d’un rêve architectural, d’un défi colossal et stimulant. Se débarrasser d’un siècle de poussières et de raboutages broche-à-foin. Faire entrer la lumière partout, en dépit des deux murs mitoyens. Alléger l’espace en éliminant les murs de soutiens et les corridors. Agencer certains vestiges du passé avec un design résolument moderne. Mettre en valeur des matériaux bruts. Créer une atmosphère minimaliste. Vivre dans un environnement écologique et ergonomique. Dénuder entièrement une maison semblable à tant d’autres, pour créer un univers familial à notre image. Accomplir tout ça, ça donne le goût de partager le fruit de ses efforts, non?

Salle-de-bain: avant/après

Salle de bain d'origine

Nouvelle salle de bain

Cuisine: avant/après

La cuisine, juste avant la démolition.

Vue sur la cuisine et la salle à manger, au petit matin.

Il faut que je vous dise: j'ADORE la cuisine! Petite, mais fonctionnelle, avec un long plan de travail convivial. Et que dire de la «porte de garage»!

La cuisine, de soir, vue de l'extérieur.

L’entrée: avant/après

Le corridor de l'entrée, à l'origine.

Début de la démolition...

L'entrée, de jour.

Vue vers l'entrée, à partir de la cuisine.

L'entrée, de soir, avec vue sur la pièce-bureau.

Merci

Je reviendrai sur ce blogue. Je veux encore écrire un billet qui traitera de la lumière et de l’éclaire; puis un autre sur les portes de façade (copies des portes originales, que nous avons fait faire par un ébéniste); et finalement un dernier sur le piège de la mode en design d’intérieur.

Mais je ne veux plus attendre pour exprimer ma gratitude envers tous ceux qui nous ont permis de réaliser ce projet, à commencer par mon père qui a contribué de ses mains du début à la fin. J’en profite aussi pour remercier ceux qui nous ont donné leur support d’une manière ou d’une autre: en gardant nos enfants, en nous invitant à manger, à nous laver ou à dormir lorsque nos quartiers étaient inhabitables, ou simplement par leurs encouragements remplis d’admiration devant tout le travail que nous devions abattre. Car ce projet ne fut pas tous les jours faciles, croyez-moi..Parents et amis, merci.

Lecteurs, merci à vous aussi, pour vos encouragements et vos commentaires.🙂


Maison, sucrée maison!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce n’est pas tout à fait terminé. Il manque quelques lampes, miroirs et couches de peinture. Le dosseret de la cuisine (céramique? verre? ça reste à déterminer…), et le comptoir de l’évier (en quartz), qui devrait être livré d’ici 2-3 semaines. Oh, et des portes aussi, ça risque d’être pratique, surtout dans les toilettes…😉

L’élément central de la maison, littéralement, sera l’escalier. C’est autour de l’escalier que fut conçu l’espace sur chaque étage. Mais il n’est pas encore designé. Nous attendions que tout soit en place. Je pense que c’est le moment! Nous avons hâte, d’autant plus qu’il nous permettra d’accéder au toit via notre petit boudoir de type solarium au 3e étage (pour l’instant, on ne peut y accéder que par l’extérieur, en se hissant sur une échelle…).

Certaines pièces ne sont pas encore vraiment meublées et la cours arrière est un véritable dépotoir – mais on a tout le temps pource genre de détails. N’est-ce pas là la partie l’fun de l’aventure?

Chose certaine, la maison est confortable. On y circule avec fluidité. Je la trouve belle, originale, spacieuse, bien designée. Et j’ai tellement d’idées pour la décorer! Mais déjà, j’adore la cuisine, la salle-de-bain, les chambres des filles avec leur walk-in commun. Ma chambre? Oh, celle-là n’est pas encore prête à être montrée: pour l’instant, c’est là qu’on range les outils… Mais plus pour longtemps, promis!😉

Aménager dans le chantier

C’est demain.

Pratiquement un an jour pour jour après avoir amorcé cet extreme home makeover, le moment est venu d’aménager à nouveau.

Si la maison est prête? Presque…

Fonctionnelle? À moitié…

Presqu’achevée, à demi fonctionnelle, peu importe: une semaine avant la rentrée scolaire, j’y reviens avec mes enfants et mes chaudrons, avec mes cliques et mes claques, avec une partie de mon bric-à-brac.

J’arrive avant que ne me soient livrées les portes et fenêtres de la façade arrière En attendant: placardage en plywood. Date estimée de livraison: début septembre «gros max»…

J’arrive avant que nous n’ayons même imaginé à un design d’escalier qui se tienne. En attendant: escalier purement utilitaire et générateur d’échardes, en plywood et 2×4.

J’arrive avant que le peintre ne soit passé. Avant que les portes des chambres et salles-de-bain n’aient été commandées. Avant qu’Ikea n’ait reçu tous les morceaux back-0rder pourtant nécessaires à l’installation de ma cuisine.

J’arrive alors que la petite cours arrière ressemble à un dépotoir.

J’appréhende. Ce n’est pas tant un choix qu’un concours de circonstances. Avoir pu, j’aurais attendu encore une mois. Mais pour toutes sortes de raisons, je ne peux plus repousser l’échéance.

Alors je me lance, coup donc, puisqu’il le faut!

Chaque jour, du nouveau; chaque jour, je pourrai cocher un, deux ou même trois items de la longue liste intitulée «finition»; ce projet colossal tire à sa fin, mine de rien. Voilà le mantra qu’il me faudra répéter au cours des prochaines semaines, en me souvenant que je ne manque de rien, que toute cette «épreuve» est bien relative, que c’est une bien joli problème, que rien ne justifie la moindre plainte de ma part, et tout, et tout…

N’empêche… souhaitez-moi bonne chance, ok?

L’effet béton: spectaculaire!

C’est une nouvelle tendance en design d’intérieur. Nous l’avons fait. Et nous adorons le résultat!

Béton poli à l'époxy. Lorsque la fenêtre (à gauche) sera installée, la luminosité de cette pièce sera exceptionnelle!

Lorsqu’un matériau brut comme le béton devient lisse et brillant, il devient une ressource architecturale extrêmement intéressante en terme de design et de durabilité. L’effet est spectaculaire! La matière brute devient attrayante, la lumière s’y réfléchit comme dans un miroir teinté et donne une véritable impression de grandeur aux pièces. Le résultat est léché, sexy, chaleureux. J’aime, j’aime, j’adore!

Tant qu’à être audacieux, nous avons choisi d’en mettre partout – cuisine, salles de bain, chambres à coucher: si le plafond varie en matières et en textures, le plancher, lui, sera homogène. Pas de seuils, pas de joints: une seule surface uniforme sur chaque étage. Question de look, question de goût. On avait cette idée farfelue d’un plancher qui ressemble à une immense patinoire!

De plus, le béton est une matière inerte, qui ne dégage aucune émission toxique, et il est facile d’entretien. Dans notre cas, il s’agit d’un plancher radiant hydronique, un système de chauffage particulièrement efficace dans notre pays aux hivers rigoureux.  Les planchers radiants sont extrêmement confortables parce que les ondes radiantes se distribuent également dans toutes les directions; la température est donc stable et ne fluctue pas, ce qui est économique à long terme.

Puisque les tuyaux radiants sont directement coulés dans le béton, il sera facile, éventuellement, de simplement ajouter un nouveau couvre-plancher directement sur la surface, advenant le cas où (dans 15 ans, mettons) on se tannerait du ciment ou qu’un futur propriétaire désire poser de la céramique ou du bois franc.

Mais d’ici là: WOW !

Du bonheur au plafond

Je suis tellement inspirée que je ne sais pas par où commencer!  La maison ressemble vraiment de plus en plus au home sweet home de mes rêves.  Il reste encore du travail à abattre, mais chaque nouvel accomplissement métamorphose définitivement l’ambiance et l’esthétisme.

Lorsque l’ambiance prend forme

Même si je n’y vis pas encore, je ressens maintenant un apaisant sentiment de confort lorsque je passe du temps dans la maison. J’y circule avec fascination, revoyant un kaléidoscope d’images de toutes les étapes traversées depuis le début des rénos, et je n’en reviens pas du chemin parcouru.

Lorsque j’ai créé ce blogue, je parlais de rénovations extrêmes; l’expression n’était pas trop forte. L’espace et le design actuels n’ont strictement rien à voir avec ceux du duplex acheté il y a un an. Deux mondes, deux visions, deux univers. Nous avons transformé une maison ordinaire en lieu d’habitation hors de l’ordinaire.

J’espère que vous comprenez que je dis cela sur le ton de l’émerveillement, et qu’il ne s’agit nullement de «pétage de bretelles» de ma part! C’est simplement le sentiment enivrant d’avoir dessiné un rêve, et de l’avoir matérialisé. Mon conjoint et moi avons réellement l’impression d’avoir créé une oeuvre à notre image. Un espace unique, d’inspiration libre, rempli de touches personnelles et d’idées longuement mûries. On a joué les designers, et on trouve qu’on s’en est franchement bien sortis!

Le regard en l’air

Mon ami architecte me parlait récemment du sentiment de bonheur qu’il est possible d’éprouver à simplement regarder des détails architecturaux que l’on trouve harmonieux, réussis. Ces détails attirent le regard et séduisent, inlassablement, jour après jour. Et je vois tout-à-fait ce qu’il veut dire! Moi, par exemple, je suis amoureuse de tous mes plafonds! Je marche le nez en l’air dans la maison, constamment sollicitée par des contrastes de volumes, de hauteurs, de matière, de couleurs. Tantôt les poutrelles centenaires à 10 pieds, tantôt la poutre d’acier qui traverse la maison bord en bord, ou encore le plafond enclavé de la cuisine qui me donne l’impression d’un cocon. Nous avons aussi choisi de tapisser les plafonds des salles de bain avec de la céramique, et j’adore l’effet rafraichissant qui en résulte. Et que dire de l’immensité du puits de l’escalier, espace ouvert qui s’élève vertigineusement sur trois étages!

Vue sur ce qui sera le salon.

Vue sur le puits de l'escalier, qui donne à voir sur les 3 étages. Difficile à photographier, mais vraiment impressionnant lorsqu'on est sur place.

Puits de lumières de la salle de bain, qui s'élève à environ 12 pieds (3,5 mètres) de hauteur. Grandiose!

De la céramique au plafond? Pourquoi pas! Les motifs circulaires ajoutent une touche de rondeur à cette étroite salle d'eau rectangulaire. Les deux ouvertures latérales permettront à la lumière de pénétrer de part et d'autre de la pièce malgré l'absence de fenêtre vers l'extérieur.

Imaginez: je suis ainsi satisfaite et charmée par l’ambiance de la maison, à laquelle il manque encore peinture, luminaires, armoires, comptoirs, portes et fenêtres, sans parler de tous les accessoires esthétiques et décoratifs! J’ose à peine entrevoir les sentiments qui m’habiteront lorsque tous ces éléments essentiels seront enfin en place…